Inscription

Maviret® : un traitement de quatre semaines moins efficace qu’un traitement de six semaines

Un traitement d’une durée de quatre semaines avec Maviret® (ou Mavyret®), médicament composé de glécaprévir et pibrentasvir, pour des personnes ayant contracté une infection au virus de l’hépatite C (VHC) récente peut mener à un plus bas taux de guérison qu’un schéma d’une durée de six semaines ou plus, selon les résultats d’une étude menée par Martinello, M., & al. et présentée lors de la 30e Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2023, Seattle, Washington, États-Unis). On sait que les traitements faits à base d’antiviraux à action directe (AAD) sont hautement efficaces : plus de 90 % des personnes vivant avec une infection au VHC chronique peuvent être guéries à la suite d’un traitement avec Maviret® de huit semaines ou d’Epclusa (sofosbuvir/velpatasvir) de 12 semaines. Cependant, une infection récente ou aiguë est généralement plus facile à guérir, ce qui fait que les chercheurs ont exploré des plans thérapeutiques impliquant des traitements à base d’AAD plus courts. Une étude précédente de Martinello, M., & al. (publiée dans Hepatology, 2020) avait déjà démontré qu’un traitement de six semaines avec Maviret® avait suffi à guérir presque tous les patients qui avaient contracté le VHC au cours de l’année précédente. Depuis, les chercheurs ont essayé de déterminer si le traitement pouvait oui ou non être écourté encore plus.

L’étude présente appelée TARGET3D, incluait 23 participants (du Royaume-Uni, d’Australie et de Nouvelle-Zélande) qui présentaient une infection au VHC récente ou bien une réinfection au VHC. Deux analyses ont été effectuées : l’une en intention de traiter (ITT, qui inclut tous les patients) et l’autre per protocole (PP, qui inclut uniquement les patients qui répondent aux exigences du protocole). La plupart des participants étaient des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). Environ les deux tiers présentaient une infection primaire récente et un tiers une réinfection récente. La durée moyenne estimée d’une infection était de 17 semaines. Tous les participants ont été traités avec Maviret® une fois par jour pendant quatre semaines et tous les participants ont complété leur traitement. Le paramètre principal mesuré a été la réponse virologique soutenue (RVS) ou un ARN du VHC indétectable continu 12 semaines après le traitement (RVS12), ce qui est considéré comme une guérison. Selon les résultats, à la fin du traitement de quatre semaines, 20 participants (87 %) ont atteint la suppression virale – voir graphique ci-dessous, issu de l’étude. Ensuite, 78 % (en intention de traiter ou ITT – tous les patients randomisés) et 82% (par protocole ou PP – ceux qui ont rempli les obligations du protocole) des patients ont atteint la RVS12, ce qui est plus faible que les taux de guérison de 90 % (ITT) et de 96 % (PP) vus dans l’étude précédente de Martinello, M., & al., dans laquelle le traitement avait été de six semaines.

Pour consulter l’article d’origine, cliquer sur ce lien.