Inscription

Une triple infection au VIH/VHB/VHC augmente les risques de maladie du foie en phase terminale

Avec les années et les décennies, une infection à l’hépatite B ou C chronique peut conduire à de sérieuses complications, incluant une cirrhose du foie, un hépatocarcinome ou une maladie du foie en phase terminale (MFPT, ESLD, en angais). Bien que la co-infection avec le VHB ou le VHC soit courante chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et que ces virus partagent les mêmes voies de contamination, la triple infection est cependant moins fréquente. Par ailleurs, des études ont démontré un risque plus élevé de mortalité toutes causes confondues, une augmentation de MFPT, d’hépatocarcinomes et de décès reliés au foie chez des individus présentant une triple infection au VIH/VHB/VHC, en comparaison avec ceux présentant une double infection VIH/VHB ou VIH/VHC. Le but de cette étude publiée dans AIDS (2023) et conduite par Mocroft, A., & al., était de savoir si les individus présentant une triple infection au VIH/VHB/VHC montraient une incidence de MFPT et une mortalité toutes causes confondues plus élevées que les individus co-infectés VIH/VHB ou VIH/VHC. Les chercheurs ont en fait observé les résultats provenant d’adultes vivant avec le VIH qui avaient été testés positifs pour le VHB, le VHC ou les deux. Ces individus avaient été recrutés au sein de l’étude EuroSIDA (NCT02699736), qui est une large cohorte prospective observationnelle comprenant 24 000 personnes vivant avec le VIH (PVVIH) suivis dans une centaine d’hôpitaux répartis à travers 35 pays européens mais aussi en Israël et Argentine. Ils ont été suivis depuis janvier 2001, et ce, jusqu’à ce qu’ils développent une MFPT, décèdent ou jusqu’à la fin de décembre 2020.

Taux plus élevés de cas de maladies du foie en phase terminale

Selon les résultats, parmi les 5733 individus sélectionnés, 4476 (soit 78,1 %) présentaient une co-infection au VIH/VHC, 953 (soit 16,6 %) une co-infection au VIH/VHB et 304 (soit 5,3 %) une triple infection au VIH/VHB/VHC. Au total, 289 individus (soit 5 %) ont développé une MFPT pour un suivi de 34 178 personnes-années (PA) et un taux d’incidence de 8,5 cas pour 1000 PA. De plus, 707 décès se sont produits durant 34 671 PA de suivi, pour un taux d’incidence de 20,4 cas pour 1000 PA. En analysant les trois groupes (VIH/VHB, VIH/VHC et VIH/VHB/VHC) et en comparant avec les personnes présentant une coinfection au VIH/VHC, les chercheurs ont trouvé que les personnes présentant une coinfection VIH/VHB avaient des taux plus bas de MFPT, alors que les personnes ayant une triple infection VIH/VHB/VHC avaient quant à elles des taux plus élevés. Fait intéressant : les différences de MFPT observées entre les trois groupes étaient plus prononcées chez les individus âgés d’au moins 40 ans, et ce, de manière significative.

Pour consulter l’article d’origine, cliquer sur ce lien.